in

Vinted : 10 raisons pour lesquelles je ne veux pas utiliser cette plateforme

Vinted est devenu le temple de la seconde main. Sa popularité a pris une telle ampleur qu’il est devenu le premier réflexe de revente dès que l’on parle de vêtements d’occasion.

Pour les gens, il est souvent plus facile de se tourner vers un grand nom connu que de chercher comment faire autrement et ailleurs. La recherche de la facilité conduit souvent à se tourner vers certains acteurs qui ne sont malheureusement pas les plus engagés d’un point de vue éthique et écologique. Il y a aujourd’hui pleins d’autres solution pour s’habiller en seconde main. Et pleins d’options pour vendre ses vêtements, faire du troc, et faire de bonnes affaires, sans passer par Vinted. Pourtant, Il y a par exemple de nombreuses friperies en ligne que j’ai répertorié dans cet article ici ainsi que des dépôts vente.

Alors oui, à l’origine Vinted se targuait de proposer une solution vertueuse et green permettant de donner une seconde vie à nos vêtements. Et oui, le fait de ne pas jeter à la poubelle les pièces inutilisées de sa garde robe et de les faire circuler est une base essentielle en slow fashion. Cela n’a pas changé.

Mais les dérives de l’explosion de la seconde main comportent certains dangers, comme je l’explique dans cette vidéo ici. Et Vinted fait partie des dérives d’une seconde main pervertie.

Je suis et resterai une grande passionnée de seconde main et de mode vintage. Chiner est un vrai plaisir pour moi mais c’est une activité qui reste très mesurée. C’est un état d’esprit, une philosophie, une culture qui n’a absolument rien à voir avec une façon d’acheter impulsive et en quantité. On ne peut pas chiner des trésors comme on consomme de la fast fashion. Les deux cultures sont aux antipodes et les comportements d’achats totalement opposés.

Enfin, c’était ça l’idée… jusqu’à Vinted et l’explosion démesurée du marché de la seconde main ! Aujourd’hui on peut parler d’une mondialisation de ce secteur qui devient un business juteux aux conséquences sociales et environnementales dramatiques. La fureur qui s’empare de ce marché, et surtout ses incidences, vont beaucoup plus loin que ce que l’on peut imaginer.

Si tu ne vois pas de quoi je parle, je reviendrai te raconter plus longuement ce qui se passe en Afrique dans des pays comme le Ghana enseveli par les millions de tonnes de rebus de « vêtements des hommes blancs morts » (cf mon récent post Insta). Et oui, avant la fast fashion, quand des lots de vêtements leur arrivaient, les africains supposaient qu’il s’agissait des penderies inutilisées suite au décès des gens des pays riches… Sauf qu’on est tous bien vivants et que nos morts sont sûrement ceux qui font le moins de déchets ! Bien sûr, le problème de départ reste toujours celui de la fast fashion et de la production de masse. Mais on ne peut plus nier que la gangrène s’est étendue à la seconde main.

Alors voilà, dans ce contexte, je continue de prioriser la mode d’occasion lorsque j’ai besoin de quelque chose mais il est hors de question pour moi de passer par Vinted. Attention, je ne juge absolument pas ceux qui l’utilisent et encore moins ceux qui en font un usage intelligent. C’est un choix strictement personnel (et argumenté ici) qui me permet de rester alignée avec mes valeurs. Et je me sens tout simplement mieux comme ça avec moi même.

Je vais t’expliquer ici les principales raisons qui m’amènent à ignorer, pour ne pas dire boycotter, cette plateforme.

La perte de temps quand on chine sur Vinted

Moi aussi au début, j’avais bien essayé pour voir. Je m’étais inscrite et je dois toujours l’être d’ailleurs. Je n’y ai jamais rien vendu et je n’y ai au final jamais rien acheté !

C’est simple, les quelques fois où j’avais décidé de chercher quelque chose sur ce site, j’y ai perdu des heures carrées pour rien. Pourquoi ? Parce que trop de choses… Trop de choix tue le choix. Aaaah c’est sûr, c’est la caverne d’Ali baba… Tu y trouves tous les habits possibles et imaginables : shorts, blazers, robes, boots, lingerie, souliers, des vêtements de marque ou non, des basiques comme les dernières tendances pour femme. Mais toutes les occasions ne sont pas bonnes ! Il ne faut pas se leurrer, plus c’est fourre tout et plus le tri est difficile à faire.

Tu as beau être partie avec une idée en tête de ce que tu recherches, tu te retrouves à scroller tout un tas de vêtements femme moches et cheaps dont tu n’as pas besoin. Tu cherchais un pull et tu te mets à regarder les jupes ! Que des tentations qui s’affichent et qui perturbent ton attention sans prendre conscience des minutes qui défilent… Voilà comment je vis la chose ahaha.

Tu me diras que c’est parce que je ne sais pas faire, que je suis débutante, qu’il y a un coup de main à prendre. Tu me diras qu’avec tous les filtres, tu peux trier par couleurs, par prix, par marques, par taille, par catégorie (vêtement, accessoires etc… ). Tu me diras qu’après tu acquiers les bons réflexes, tu apprends à repérer les bons coups comme sur une brocante…

Sûrement… c’est de la pratique ! Sauf qu’acheter n’est ni un sport ni une discipline. Cela ne m’enrichis pas personnellement. Et je suis bien d’accord, il faudrait presque être une « Vintie professionnelle » pour sortir avec un achat pertinent sur Vinted. Je ne trouve pas ça normal. J’ai un métier à côté, une vie, j’ai très peu de temps pour apprendre ce « nouveau savoir faire » sur un site que je n’approuve pas par ailleurs…

Bref, je vois ce site un peu comme un piège chronophage, comme sur les réseaux sociaux (un métier aussi !). Ces derniers sont déjà suffisamment énergivores dans ma vie donc je ne peux me permettre de perdre plus de temps. Cette 1ère raison est donc vraiment très personnelle et subjective. Je conçois complètement que d’autres n’aient pas la même expérience avec ce site et puissent ressentir tout l’inverse.

Le risque d’erreurs d’achat, et de retours, plus fort sur Vinted que sur les petites friperies en ligne

Je passe ici au deuxième frein qui m’a sauté aux yeux : la difficulté de faire les bons choix ! En slow fashion, l’une des clés fondamentales pour acheter moins et mieux, c’est d’apprendre à bien choisir.

J’ai tout de suite été déconcertée par la mauvaise qualité des photos et les mauvaises descriptions produits. Comme tu le sais, pour bien choisir en ligne dans une démarche slow, il nous faut prendre certaines précautions. On doit observer à fond toutes les images du vêtement, imaginer le rendu, le tombé, l’allure par rapport à notre style vestimentaire personnel et aussi notre morphologie… On doit s’assurer de la matière (de préférence naturelle, non synthétique ou non artificielle comme la viscose). On doit s’assurer de la bonne taille aussi.

Les quelques moments passés sur Vinted, je me souviens d’avoir beaucoup plissé les yeux pour me concentrer sur les photos et essayer de bien voir… Je me souviens aussi des descriptifs souvent incomplets. Les vendeuses ne savent souvent pas différencier, expliquer les matières textiles. Elles ne sont pas éduquées non plus à l’importance de donner tous les détails de l’étiquette. Pour en savoir plus et s’assurer de la bonne taille, il faut interroger la personne. Perdre du temps à attendre sa réponse, qu’elle prenne d’éventuelles mesures (si elle ne rechigne pas à le faire)…

Enfin, le souci des couleurs, un frein majeur pour une amoureuse de coloris. Très souvent, la mauvaise qualité des photos ne rend pas compte de la réalité de la teinte. Et là, vient le point crucial de la description couleur par la vendeuse… Mais je suis bien placée pour savoir que les gens ne savent pas définir les couleurs et n’emploient pas le bon vocabulaire… Un rose indiqué comme framboise risque d’arriver plutôt corail ahaha. Un bleu indiqué comme bleu ciel risque de t’arriver un peu turquoise. Bon là j’exagère un peu mais tu vois l’idée. Chacun définit les couleurs avec ses propres mots et ça c’est un vrai problème. Sur les friperies en ligne gérées par des indépendant(e)s, les photos sont de meilleure qualité, les descriptions plus complètes, les mesures précisées, le vocabulaire textile et chromatique plus précis. Tout simplement parce qu’il s’agit de petits entrepreneurs qui prennent grand soin de leur bébé entreprise.

Pour toutes ces raisons, les erreurs d’achats sont très courantes avec Vinted. J’entends beaucoup de témoignages le confirmer. Cela signifie colis retours, transports, pollution… Un forme de vente de vêtement qui engendre beaucoup de déplacements + dérangements + pertes de temps respectifs acheteurs/vendeurs.

Les nouvelles addictions shopping qui sont nées avec cette plateforme

Jusqu’à présent l’addiction shopping était courante principalement en fast fashion. Cette façon de consommer par impulsions, sans réfléchir et en quantité est vraiment née avec l’essor de la mode à bas prix produite rapidement et en masse.

Ce comportement d’achat qui sécrète des endorphines, et procure une sorte de plaisir éphémère rassurant, se retrouve aujourd’hui sur le marché de la seconde main. Sur Vinted, une nouvelle forme d’addiction shopping est née. En réalité, elle ressemble en tous points à celle des fast fashion addicts, seul le lieu de consommation change…

On se retrouve avec des modeuses ou de simples Vinties qui développent des besoins frénétiques d’accumuler et d’avoir toujours plus de nouvelles tenues dans leur dressing.  Il y a également une autre différence importante : une sorte de déculpabilisation à l’addiction au prétexte de seconde main. Comme si le seul fait de choisir des produits (supposés) non neufs, suffisait à se dédouaner de ses excès de consommation. Comme si les deux mots sacrés « seconde main » venaient justifier, valider et neutraliser l’addiction et la surconsommation. Au contraire, avec cette forme de déni, l’addiction ne fait que se renforcer. C’est un cercle vicieux d’addiction shopping qui est presque encore plus pernicieux que celui de la fast fashion.

vinties accroc
quand les vinties deviennent accrocs…

Le jeu mercantile des Vinties qui font leur business en s’appuyant sur la fast fashion

Pour beaucoup de Vinties, Vinted est devenu un jeu rigolo (proche de la pathologie des jeux de hasard) pour se faire de l’argent facile (mais sans les risques pris au Casino ! Tout bénéf !). Elles jouent à la marchande et s’amusent à faire fructifier leur petit business.

Il ne s’agit plus de vider son dressing à l’ancienne et de redonner une seconde vie à ses vêtements. Il s’agit pour certaines de faire un « max de blé », en faisant de « l’achat-revente », comme on peut même en trouver des tutos sur Youtube ! Ou simplement de passer le temps à faire joujou sans se soucier des conséquences…

achat revente vetements

Il y a donc de nombreuses vendeuses qui s’empressent d’acheter les nouvelles collections de fast fashion, de les porter peu de temps pour s’amuser un peu et de les revendre quasiment aussitôt tant que la tendance est dans la place.

Le but de ce petit jeu là :

  • retirer le meilleur prix de la revente
  • avoir de nouvelles tenues ultra-tendance tout le temps
  • faire la belle sur son compte Insta avec de nouveaux looks tous les jours…

Résultat des courses, la fast fashion n’a cessé d’exploser en parallèle de l’explosion de la seconde main. Cette dernière ne peut donc pas enrayer la problématique de la surproduction. Dans ces conditions, elle a même tendance à l’amplifier comme je l’explique dans ma vidéo Youtube sur les dangers des dérives de la seconde main. Soutenir Vinted, c’est donc indirectement soutenir ce cercle infernal qui va à l’encontre de mes valeurs (et de mon activisme).

La fast fashion cheap n’est pas la seule concernée…

Il y a des grandes marques comme Sézane qui sont très prisées. Les Vinties en tirent parti pour revendre très rapidement leurs achats aux tarifs d’origine, si ce n’est pas plus cher (voir le point ci dessous).

Aujourd’hui sur Vinted, les vêtements en bon état, de qualité ou les belles pièces quasi neuves sont effet souvent vendus à un prix proche du prix de vente d’origine. Ils ne sont plus vraiment bradés. On s’éloigne de l’idée de vide dressing et de braderie.

Bien sûr, ce n’est pas une généralité, je sais que beaucoup de serial chineuses arrivent encore à trouver des pépites sur Vinted. Mais encore une fois, si tu n’es pas une pro de la plateforme, je te souhaite bon courage !

Une forme de spéculation qui ne devrait pas trouver sa place sur une friperie en ligne

Vinted, c’est devenu le Wall Street de la fringue. Moi j’appelle ça du grand n’importe quoi scandaleux qui ne devrait pas être autorisé par les gérants de la plateforme. Alors bien sûr, eux ils sont contents, ils s’en mettent pleins les poches ! On est loin de l’idée de consommer moins, mieux pour protéger la planète…

Je parlais des marques comme Sézane sur lesquelles il y a une tendance à la spéculation : n’importe quel(le) jupe, robe, pantalon, bijou peut être revendu plus cher s’il s’agissait d’une pièce ultra désirée.

On se souvient tous de l’épisode des chaussures Liddl (baskets et claquettes je crois) revendues 100 fois leur prix d’origine sur les plus grosses plateforme de seconde main.

Alors oui, n’ayons pas peur des mots… Les plateformes comme Vinted, qui ne régulent pas ce genre de pratiques ahurissantes, deviennent des lieux de spéculation sans limite. La raison et le bon sens n’y sont plus régisseurs selon moi.

En réalité Vinted n’est ni un vide dressing, ni un dépôt vente, ni une friprie en ligne. C’est devenu une réelle place de marché aux antipodes de la philosophie slow fashion et d’un objectif de frugalité.

Vinted, toutes ses arnaques et l’absence de protection des vendeurs

Mon dieu, je pense qu’un livre entier, voir une série de tommes sans fin, pourraient être écrits pour raconter toutes les arnaques et mésaventures vécues par les utilisateurs de Vinted.

Les arnaques en tous genres avec une créativité parfois assez hallucinante. Ce risque d’arnaque génère une importante source de stress et d’insécurité chez les utilisateurs. Je vois beaucoup de personnes se plaindre et râler de tout ce qui leur arrive sur Vinted. Tu me diras : pourquoi ne partent-ils pas plutôt que de continuer à se plaindre ou à prendre des risques ? Cela s’appelle l’addiction mon ami ! L’addiction évoquée plus haut est bien réelle au point de n’en avoir aucune conscience et d’être incapable de mettre un terme à cette relation toxique Vinted-Vintie.

Le problème, c’est que cette forme d’addiction est banalisée dans une société où l’on DOIT surconsommer. Dans une société où la surconsommation est devenue la norme.

Parmi les arnaques courantes, on peut citer :

  • les faux et la contrefaçon – ou les gens qui refusent de te payer prétextant que c’est un faux
  • les acheteuses qui prétextent un problème au vêtement (qui n’existait pas au départ) pour refuser de payer
  • des vêtements neufs provenant de sites chinois comme Aliexpress qui sont présentés comme vintage et revendus plus chers

Voici, ci-dessous, en vrac, des témoignages d’arnaques issues de screen-shots du forum Vinted. Il en fourmille d’exemples aussi sur Insta ou sur Twitter. Cela donne une idée de l’ambiance…

arnaque contrefaçon vinted

litige vintie

vide dressing en ligne litige

arnaque vinted

refus de payer vinted

Certains aspects de la politique Vinted auxquels je n’adhère pas

Personnellement, je ne comprends pas que des « vraies » boutiques puissent vendre sur Vinted. Au départ, on avait « compris » (mais on avait rien compris en fait lol) cette plateforme comme une façon d’échanger/monayer des vêtements entre particuliers. Dès lors que de vraies marques/business entrent dans la place, le système est biaisé selon moi.

Aussi, l’idée de départ qui se voulait vertueux (recyclage) n’est plus du tout présente à partir du moment où il est admis de vendre des produits totalement neufs, du « B to C » (de la marque au client).

Je ne comprends pas non plus comment il peut être admis de voir une forme de dropshipping se développer sur la plateforme. J’entends par là, laisser tous les revendeurs faire leur business tranquillement. Je parle de toutes ces entreprises (ou particuliers non déclarés) qui vont se fournir dans les usines chinoises pour revendre plus chers des produits de mauvaise qualité.

Il faut donc bien garder en tête qu’acheter sur Vinted c’est aussi prendre le risque d’acheter des produits pourris sans le savoir…

Aussi, cela me rend dingue de voir qu’au prétexte du « lynchage public interdit », il est impossible d’y dénoncer publiquement les arnaqueurs… Je peux comprendre l’idée à la base. Mais de cette façon, tous les arnaqueurs(ses) continuent de sévir et les arnaques de pulluler. Les personnes qui oseraient publiquement dénoncer de « mauvais(es) vinties » sont bannies d’office. Alors que toutes ne demandent qu’à être informées des profils non fiables pour se sentir plus en sécurité. Il devrait y avoir un système de signalement efficace pour freiner ces abus.

vinted avis

Enfin, je ne comprends pas que les boutiques soient admises, que les dropshippers soient admis, que les spéculateurs soient admis, mais que les vraies vendeuses de vintage soient bannies. J’ai entendu ce point là dans les discussions de vinties pros… Est ce que c’est vrai ? Je n’ai pas retrouvé l’info de source sûre. Je demande donc confirmation si l’une de vous le sait ? Mais si tel est le cas, je trouve cela aberrant.

La commission litigieuse « Protection acheteurs »

Il y aurait des trucs pas très nets au niveau de la transaction. Une commission intitulée « Protection acheteurs » serait indiquée comme option au départ, puis finalement imposée dans le process (pas de case à cocher). La commission, dont le moment n’apparaît qu’au moment de payer, serait alors systématiquement facturée sans que l’on sache exactement à quoi elle correspond.

L’association de protection des consommateurs ayant reçu de nombreuses plaintes de la part d’utilisateurs de Vinted a fini par introduire un recours en justice devant le Tribunal Judiciaire de Paris. L’UFC que choisir demande au juge de sanctionner le mastodonte pour pratiques trompeuses et de rembourser les consommateurs des sommes indûment facturées.

Je mets également ici une photo témoignage d’une anomalie sur les frais qui peut (ou a pu) arriver, doublant leur montant, si on y fait pas attention. As-tu déjà eu cette expérience ?

avis achat vinties

Je préfère soutenir les petites friperies locales

Pour terminer, je crois qu’il est très important de soutenir les petites entreprises qui sont très engagées et se donnent beaucoup de mal pour vivre de leur activité. Ces dernières ont plus que jamais besoin de nous. Nous pouvons tous contribuer à relancer l’économie française, à motiver les français à entreprendre, en redonnant du sens à nos achats et en choisissant à qui donner notre argent.

Il y a tant de gens passionnés près de chez nous qui tentent de développer leur petite activité. Pourquoi les ignorer alors qu’ils mettent tout leur coeur à faire les choses bien, avec le plus grand respect pour les humains et la planète. Je crois qu’il est temps d’agir avec plus de sagesse en se tournant vers des acteurs qui répondent à nos valeurs. C’est ça la mode consciente.

Je ne peux que te recommander d’aller dans les friperies locales près de chez toi, d’aller voir les petits créateurs de ta région ou de les choisir en France, en vérifiant leurs engagements. Et bien sûr de toujours préférer des friperies en ligne à taille plus « humaine » où les produits sont chinés avec amour et soigneusement sélectionnés.

La 10ème raison serait que j’achète désormais trop peu pour aller m’embêter là dessus !

***

Voilà, je sais que c’est un article très long et qu’il dépeint un tableau assez négatif de cet outil Vinted. Il y a sûrement du positif aussi… Mais c’est ma perception et mes arguments personnels qui m’amènent à m’en détourner. Je n’accuse pas les personnes qui l’utilisent et ne cherche pas à te convaincre de faire comme moi. Je souhaitais simplement t’expliquer le pourquoi de mon choix d’ignorer cette plateforme. Après, chacun fait ce qui lui plaît !

♣ Comme je ne détiens pas de vérité absolue, j’aimerais connaître ton avis et ton expérience avec Vinted. N’hésite pas à partager en commentaire toute info ou vécu personnel qui pourrait éclairer, compléter ou challenger mes propos. J’ai hâte de connaître ta vision du sujet et d’en discuter avec toi 🙂

 

 

 

 

5 1 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Publié par Loren

chemise oversize

Chemise oversize : comment la porter et créer différents looks