in

La maroquinerie Julie Meuriss : éthique, séduisante et abordable !

Julie Meuriss est une créatrice française de maroquinerie qui nous propose ce que j’appelle « des vrais beaux sacs ». Ce sont des sacs qu’on acquiert pour la vie sans avoir à liquider notre épargne !

Dans cet article, je t’explique pourquoi j’aime cette marque dans une 1ère partie et tu trouveras, en seconde partie, l’interview de la créatrice afin de découvrir en détails sa démarche éthique et responsable.

Je crois que le pire achat que nous puissions faire en fast fashion est un sac à main ! On ne peut même pas parler de maroquinerie dans cette industrie.

En dehors de ces boutiques de mode jetable, la maroquinerie artisanale aux tarifs accessibles manque souvent d’allure, de tenue, de modernité. Ce qui n’est pas le cas ici…

J’ai testé et approuvé la marque Julie Meuriss

La plupart du temps, il nous faut généralement dépasser les 500€ dans un sac à main de marque, pour trouver un vrai savoir faire, une qualité-solidité irréprochable ainsi qu’une esthétique à la fois raffinée et dans l’air du temps.

J’ai été ravie de trouver tous ces points forts dans la maroquinerie Julie Meuriss, avec un tarif beaucoup plus abordable. Les sacs ont vraiment « de la gueule ». Ils sont robustes tout en étant chics. Ils ont cette petite touche, à la fois intemporelle et dans l’air du temps, qui nous donne une belle allure… distinguée. On ne ressemblera pas à « Madame Tout le monde » en choisissant cette maroquinerie.

Evidemment, je n’ai pas porté et testé tous ses sacs. En revanche, j’ai testé l’un de mes coups de cœur : le Soma croco camel.

Pour toutes les raisons que j’explique dans ce billet, j’ai validé Julie Meuriss comme l’une de mes partenaires de confiance pour la maroquinerie. Dans le cadre de ce partenariat affilié, elle nous offre -10% sur l’ensemble de son e-shop avec le code SOYONSELEGANTES10.

 

maroquinerie sac croco camel

Julie m’a offert ce magnifique sac à main bandoulière Soma (photo ci-dessus), il y a plusieurs mois, le temps de le tester sérieusement avant d’en parler ici, dans l’hypothèse où je serais conquise.

La surprise a été dingue dès la réception : j’ai eu la sensation de toucher-sentir-admirer de la maroquinerie haut de gamme ! C’est un sac qui fait vraiment la différence : il apporte du style à n’importe quelle tenue et une singularité très élégante. Les finitions sont impeccables et la solidité de l’ensemble (hanse, coutures, fermetures, détails) est validée après utilisation régulière avec charges variables à l’intérieur.

Ce n’est pas un petit sac, je dirais qu’il est de taille moyenne. Sans être un grand sac, il est particulièrement spacieux.

Le tissu de la doublure intérieure est assorti à sa housse de protection. Il s’agit de tissus récupérés de fins de rouleaux. La plupart des sacs, du même modèle, seront donc différents à l’intérieur. Ce qui ajoute une touche supplémentaire de distinction.

Un autre point que j’apprécie beaucoup, c’est l’absence de l’écriture de la marque sur le sac. Je trouve que les sacs, sur lesquels le nom est inscrit en évidence, perdent de leur beauté. Je trouve cela très élégant de laisser planer le mystère et l’interrogation : « mais d’où vient ce magnifique sac ?? ». Plutôt que de l’afficher… La mise en évidence de la marque rend le sac tout de suite beaucoup moins personnel. Et donc moins séduisant.

Le cuir du sac Soma a été tanné végétalement avec des écorces. A chaque fois que c’est possible, Julie privilégie le tannage végétal pour sa maroquinerie. Il faut savoir que les coloris plus intenses ne peuvent se fixer qu’au tannage traditionnel pour le moment. Une marque qui se prévaut du tannage végétal sur un produit coloré est tout simplement dans le mensonge car ce n’est pas possible.

Julie fait donc en sorte de choisir les plus beaux cuirs européens qui respectent la réglementation la plus stricte concernant ce procédé de transformation.

Mes autres favoris de la marque sont les suivants :

  1. Banane Mawu léopard
  2. Sac Indra Mousse vert
  3. Sac Pacha 
  4. Sac Osa noisette

Tu le sais, j’accorde une grande importance à la transparence d’une marque qui se dit éthique. Selon moi, plus elle est transparente dans sa démarche, et plus elle prouve son engagement. Dans le cas inverse, il y a un sérieux doute.

Pour en savoir plus, sur la réalité du terrain dans sa quête d’une fabrication éthique, je suis allée à la rencontre de Julie Meuriss.

Elle a eu la gentillesse de répondre à toutes mes questions.

Voici l’interview – La maroquinerie Slow, selon Julie Meuriss

Est-ce que tu es seule pour imaginer tes différents modèles ?

Pour la partie création je travaille en solo, c’est vraiment ce qui m’a amené à ce métier et c’est l’étape qui m’est la plus chère, celle de la création.

J’imagine chaque modèle, le dessine puis je monte une 1ère toile.

Ensuite, lorsque ces modèles existent sous leurs formes originelles, commence le travail d’équipe !

Je questionne beaucoup mon entourage, nous travaillons en équipe pour le faire évoluer, l’améliorer et lui donner son allure définitive.

Je sollicite également mon atelier pour trouver les meilleures solutions techniques.

Comment t’assures-tu de la qualité des peaux utilisées : y a-t-il des certifications dans ce domaine ? As-tu connaissance de tous les acteurs et lieux d’origine intervenus dans la chaîne : de la peau brute, au tannage, à la teinture et jusqu’au fournisseur qui te vend la matière finie, prête à coudre ?

Ma règle de base, c’est l’approvisionnement européen exclusivement.

Ce qui me permet justement une meilleure traçabilité et de m’assurer du respect des certifications et normes européennes.

Elles englobent des engagements sanitaires, écologiques concernant le tannage et aussi l’approvisionnement des peaux.

Malheureusement à ce jour, il est difficile de trouver des tanneries qui élèvent leurs propres bêtes. Ce que je regrette mais nous avons néanmoins connaissance de l’origine des élevages.

Je rencontre chacun de mes fournisseurs au moins deux fois par an.

Mon fournisseur espagnol par exemple s’est engagé à réduire la consommation d’eau lors du processus de tannage et de teinture.

Je privilégie au maximum la teinture végétale quand les coloris et l’aspect des cuirs recherchés s’y prêtent.

Il faut également savoir que toutes les peaux utilisées pour le cuir sont issues de l’industrie agroalimentaire et répondent donc au principe d’éco circularité ! Rien ne se perd tout se transforme ! Le cuir est donc la 1ère matière recyclée.

D’où proviennent les détails et fournitures des sacs (boucles, fermoirs, chaines métalliques…) ?

De France et d’Italie exclusivement. Encore une fois, je privilégie les circuits courts. Je ne souhaite pas faire venir des boucles de l’autre bout du monde alors que le savoir-faire est présent près de chez nous. Depuis plus de 10 ans, j’ai tissé des partenariats avec mes fournisseurs qui sont les garants de la qualité que je propose.

Où se situe ton atelier de production et comment procèdes-tu pour vérifier que le personnel travaille dans de bonnes conditions et est payé décemment ?

Lorsque j’ai commencé à rechercher des ateliers de fabrication en 2006, je me suis heurtée à un problème majeur : la quasi inexistence d’atelier de maroquinerie en France comparé à l’Italie ou l’Espagne. La majorité de ceux présents sur le territoire était spécialisée en peaux éxotiques, pour le marché du luxe. Un créneau que je n’avais pas choisi car je voulais proposer des sacs de qualité mais accessibles.

J’ai donc décidé de me tourner vers l’Espagne pour ma ligne cuir et vers la Roumanie pour mes sacs en textile, afin de rester cohérente avec mes aspirations en terme de design, de finitions et de prix.

Je me rends personnellement dans chaque atelier partenaire. J’adore les rencontres et les voyages, c’est donc un plaisir mais aussi une nécessité dans mon mode de travail.

Lors du départ en retraite de mon fabricant espagnol, j’ai rapatrié la fabrication de mes sacs en cuir en Roumanie.

Je passe donc une semaine en Roumanie, deux fois par an. J’aime beaucoup ce pays, ses habitants, la culture locale.

J’ai tissé une belle relation avec les filles de l’atelier en 8 ans de collaboration ! C’est un atelier composé de 6 femmes que je connais bien maintenant. A chaque visite, je partage du temps avec elles, on discute travail mais aussi de la vie en général, je vois leurs enfants grandir . Avec Steffie, la responsable de l’atelier nous avons à coeur de leur garantir un bon niveau de vie. Nous discutons de cela ensemble.

Comment parviens-tu à produire une telle qualité, avec un certain nombre de modèles différents, à des prix abordables ? Le travail bien fait n’est pas forcément excessif ?

Je ne me bride jamais à la conception par souci d’économie. Finalement le défi de tenir les coûts amène à trouver des solutions alternatives et écologiques à moindre frais. Par exemple nos doublures sont réalisées en sur-stock de tissu. Ce sont donc des stocks dormants fabriqués en France, de belles qualités mais en éditions limitées. Leurs prix sont donc plus intéressants et leur utilisation permet d’éviter de produire de nouvelles matières, on utilise l’existant et on fait des économies !

Je ne néglige jamais les finitions des sacs, les ouvertures zippées, les poches etc…Mais mes marges sont inférieures à celles que pratiquent les grandes marques. Je gagne moins sur chaque modèle, mais d’un point de vue éthique, je suis heureuse de proposer un produit de qualité au prix juste.

Quels sont tes axes de progression pour parvenir à une offre encore plus éco-responsable ? Et quelle est ton ambition, de façon plus générale, pour ta marque ?

Dans la continuation de notre charte éthique, il me tient à cœur de proposer des alternatives qui vont plus loin dans la recherche d’accessoires de mode responsables et désirables.
C’est ainsi que depuis plusieurs saisons, je développe des capsules autour de nouveaux matériaux, plus écologiques et vertueux.

J’ai commencé en 2019 avec une gamme végane, en fibres recyclées  sans matière d’origine animale : une capsule en tissus jacquards fabriqués en Rhône Alpes, en fibres recyclées et cette année, j’ai sortie une gamme en végétaux, des sacs en feuille d’éléphant.

Je poursuis avec une gamme en peau de saumon rose, issue de l’industrie agroalimentaire tannée végétalement.

J’ai pour ambition de poursuivre cette démarche qui consiste à produire mieux avec de bons ingrédients. Je continue aussi en étoffant la bulle bien-être et dînette bio qui s’est faite une place au sein des boutiques, regroupant des articles rigoureusement sélectionnés pour leurs attributs sains, naturels, zéro déchet, durables et toujours esthétiques.

Est ce qu’il y aura un retour de la banane Mawu en blanc ? (elle fait partie de mes favoris héhé)

Alors tu ne vas pas être déçue ! Une version en cuir sable arrivera avec les beaux jours 😉

As-tu créé dans ta collection, LE sac de tes rêves ? Le sac signature Julie Meuriss en quelque sorte…

J’ai mes mes best sellers bien sûr, mais je te répondrai par la négative parce que je trouve que c’est un super défi de chercher à faire toujours mieux. Ça me stimule 🙂

Le mot de la fin : une confidence sur ton cheminement que tu aurais envie de partager avec nos lectrices ?

Qu’il faut s’écouter et persévérer. Rien n’est facile mais rien n’est jamais figé, les choses peuvent changer. Nous tous sommes en constante mutation, on peut tous insuffler un peu de changement dans nos vies, il suffit d’y croire et d’y mettre de la volonté!

Merci Julie Meuriss pour ce beau travail et d’avoir partagé ta passion avec nous !

***

♥ Alors, que penses-tu de Julie, notre princesse slow de la maroquinerie ? Connais-tu d’autres marques aussi transparentes, esthétiques et engagées à partager en com ?

 

 

 

 

 

 

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Valérie
Valérie
3 mois il y a

Bonjour Loren,
Ces sacs sont vraiment très beaux ! Merci de cette rencontre qui me donne envie de craquer pour un beau sac  » propre » . J’aime bien les ASA …😁 Belle journée.

Publié par Loren

comment repérer green washing

Green Washing : le soupçon d’une marque arnaque

chemise blanche femme

J’ai cherché LA chemise blanche femme éco-responsable