in

Les coulisses du Moulin Rouge : histoire et savoirs-faire

Le Moulin Rouge a été ouvert en 1889 et depuis, il n’a pas pris une ride. Son succès et son charme so frenchy n’ont pas faibli avec les années, bien au contraire ! C’est un lieu historique qui a une âme incroyable et qui procure beaucoup d’émotions. Et pas seulement la nuit !

J’ai découvert le Moulin Rouge de jour, quand le moulin dort … Il y règne une atmosphère unique indescriptible.

Il ne me reste plus qu’à m’offrir le spectacle à l’occasion pour connaître les deux visages du Moulin.

Le spectacle est appelé « Revue » et c’est le même qui se produit depuis 17 ans ! Depuis toutes ces années, la revue ne s’est pas essoufflée, puisque le Moulin fait salle comble tous les soirs de la semaine sans exception ! La revue se reproduit à l’infini depuis 17 ans sans jamais lasser les visiteurs, c’est quand même extraordinaire comme performance artistique.

Le Moulin Rouge et son French Cancan sont devenus mythiques, il faut bien le dire.

Alors je vous embarque dans ses coulisses pour découvrir ses secrets, son atmosphère magique et les savoirs faire qui contribuent à un tel succès.

Tout d’abord un peu d’histoire…

A ses débuts, les danseuses dansaient au milieu des clients.

Plus on était riche et plus on était près des artistes, plus on était pauvre plus on était derrière.

Le Moulin Rouge a connu un fort succès dès le départ pour deux raisons principales :

1- Il y avait une forte mixité sociale : tout le monde pouvait aller au Moulin Rouge. On y retrouvait la noblesse, la bourgeoisie, tout comme les milieux ouvriers.

L’adresse n’était pas réservée aux hommes. On y venait avec sa femme ou avec sa maitresse, en tous cas on y venait  accompagné.

2- Le Moulin Rouge a été rendu célèbre en 1891 grâce à Toulouse Lautrec et à sa fameuse affiche publicitaire

Quand le Moulin Rouge ouvre, les créateurs font appel à une danseuse qu’ils ont repéré un peu plus loin à l’Elysée Montmartre qui s’appelle La Goulue. Cette femme a une personnalité incroyable et a pour ami le peintre Toulouse Lautrec… Celui-ci tombe immédiatement amoureux des lieux. Les créateurs du Moulin lui demandent alors de réaliser la première affiche publicitaire.

L’affiche sera placardée sur tous les murs de Paris et va faire scandale car elle représente La Goulue soulevant sa jupe pour montrer sa culotte.

Cette affiche va rendre célèbre le Moulin Rouge mais également son auteur par la même occasion.

Le Moulin Rouge brûle en 1915 et va renaître de ses cendres en 1929, au même emplacement dans le même bâtiment. La salle est transformée en théâtre avec des sièges et des décors.

On fait appel à la reine du Music Hall qui était au Casino de Paris : Mistinguette. Celle-ci y restera jusqu’en 1939.

Pendant les années 50, les plus grands artistes de l’époque  viennent se produire sur la scène.

A la fin des années 50, le nouveau propriétaire veut redonner ses lettres de noblesse au Moulin en recréant des revues comme au temps de Mistinguette. La première revue « Froufrou » rencontre un vif succès, alors par superstition, le propriétaire décide de nommer toutes les suivantes avec des titres commençant en F. Aujourd’hui c’est encore la dernière revue de 1957 qui se produit.

Le secret d’une telle performance s’explique aussi par les savoirs-faire sur lesquels s’appuie le Moulin Rouge. Deux métiers d’art principaux contribuent à son succès :

Chausseur/bottier : La Maison Clairvoy est le chausseur officiel du Moulin. Ils réalisent toutes les chaussures de danse sur mesure, dans les règles de l’art. Il faut suivre 250 étapes manuelles pour créer une chaussures de façon artisanale.

Plumassier : La Maison Février, dont l’atelier se situe au sein même du Moulin, se charge de l’ensemble des costumes de plumes. Tout est fait à la main. Un seul costume peut représenter jusqu’à 200h de travail manuel.

Si ces savoirs-faire d’exception vous intéressent, je vous rappelle que ce week end se déroulent les journées européennes des métiers d’art et que ces maisons ouvrent leurs portes !!

Pour découvrir les ateliers à visiter près de chez vous, renseignez vous ici : les journées européennes des métiers d’art.

Et si vous ne l’aviez pas vu, je vous propose de lire mon article sur la découverte des parapluies d’exception de la Maison Heurthault.

N’hésitez pas à me dire dans les commentaires si ce genre d’article de découverte vous plaît ! 😉

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Loren

Publié par Loren

Elégance du vocabulaire : quand ouvrir la bouche tue le glam

Comfy chic : 3 trucs pour être bien habillée en restant confort