in

Qui veux-tu être en tant que femme ?

etre une femme

La semaine dernière, j’ai écrit un mail plus personnel aux abonnées du blog. Je leur ai posé cette question qui peut paraître aussi simple que farfelue : Qui veux tu être en tant que femme ? Les nombreuses réponses que j’ai reçu m’ont confirmé que la question n’est pas si farfelue puisque la question a trouvé un véritable écho dans l’esprit de bon nombre d’entre vous.

J’ai donc pensé qu’il serait intéressant de partager la réflexion avec l’ensemble des lectrices du blog, en retranscrivant mon mail au sein d’un article.

Au passage, je remercie 1000 fois les élégantes abonnées qui ont eu la gentillesse de répondre à mon mail pour partager leurs ressentis.

En substance, voici ce que disait mon mail  :

……………………………….

Ce week end, j’ai fêté 10 ans d’amitié avec ma bande de copains et également mon anniversaire… Tu sais à quel point dans ces instants forts en émotion, il y a pleins de choses qui reviennent en tête : des souvenirs, des décisions et puis cet espèce de recul sur soi même où l’on regarde ce que l’on est devenu…

Et voilà le grand cheminement que j’ai parcouru : je peux enfin répondre à la question « qui veux tu être ? ».

AVANT je savais que je voulais avoir un beau statut social grâce à un job valorisantavoir de l’argent pour ne manquer de rien et avoir des enfants… J’ai investi beaucoup de temps et d’énergie à me consacrer « A FAIRE POUR AVOIR ».

Mon seul objectif était d’obtenir tout cela. Je croyais que ces 3 éléments étaient les clés indispensables d’une belle vie et qu’avec tout cela je serai comblée…

Et bien non ! Je n’ai jamais été aussi mal dans ma peau, complexée et triste que pendant ces périodes de ma vie. J’avais perdu mon ETRE dans cette quête de l’AVOIR !

J’aime cette citation de Diane Von Furstenberg : « Je ne savais pas ce que je voulais faire, mais je savais quel type de femme je voulais être ».  Contrairement à elle, je savais très bien ce que je voulais faire mais je ne savais pas qui je voulais être au final.

etre femme

A PRESENT, j’ai abandonné la situation professionnelle « sécuritaire » et flatteuse sur le papier, j’ai renoncé au beau salaire et je n’ai toujours pas d’enfant. Résultat: je n’ai pas ou je n’ai plus tout ce que je me suis acharnée à avoir ou à essayer d’avoir. Certaines se diront « elle est cinglée »… Et pourtant, quoi de plus lucide que de LEVER LE MASQUE ! Pourquoi vouloir jouer un rôle qui ne nous correspond pas et s’obstiner à vouloir tout contrôler quand certaines choses ne dépendent pas que de nous… ?

Et oui, aussi fou que cela puisse paraître, je me sens extrêmement lucide… Et en prime, je n’ai jamais été aussi heureuse ! Pourquoi ? Car je ne cherche plus à « faire pour avoir », je cherche seulement à ETRE PLEINEMENT MOI – A ETRE A MA BONNE PLACE.

 J’ai compris QUI JE VOULAIS ETRE... Il ne s’agit plus de répondre aux ROLES A JOUER DANS LA SOCIETE (en tant que mère, épouse, fonction professionnelle…) MAIS de savoir QUI JE VEUX ETRE EN TANT QUE FEMME.

Je veux être une personne créative, entrepreneuse, passionnée, aventurière, livreuse d’amour, motivatrice, contagieuse de sourires et libératrice des potentiels féminins pour rendre toute leur beauté aux femmes avec leurs atouts et leurs différences. Et bien sûr, je veux être une femme élégante et rayonnante 😉 Voilà qui je veux ETRE.

Et tu sais quoi ? Depuis que je poursuis cette nouvelle voie basée sur l’ETRE, non seulement je suis plus heureuse mais je me sens aussi bien mieux dans ma peau. Je ne me déteste plus quand je me regarde dans le miroir ! Je commence à découvrir ce qu’est l’amour de soi… Si j’avais pu comprendre tout cela à 20 ans !!!

Mais il n’est JAMAIS TROP TARD ! C’est la raison pour laquelle, aujourd’hui, j’ai envie de te poser cette même question essentielle :

ET TOI ? QUI VEUX TU ETRE EN TANT QUE FEMME ? 

Je suis convaincue que ces 5 petites minutes consacrées à cette question t’apporteront beaucoup plus que tu ne l’imagines !

Voici la REGLE DU JEU : ne pas écrire ce que tu veux FAIRE ou AVOIR.  Dis moi juste très simplement : QUI AS TU ENVIE D’ETRE en tant que femme ?

………………………………………………….

Voilà les filles pour cette grande question… j’aimerais beaucoup connaître votre sentiment là dessus.

♣ J’ai hâte de découvrir vos réponses dans les commentaires … 😉

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
11 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Souaré
Souaré
2 années il y a

Bonjour!
Je tombe par hasard sur ce superbe blog juste en tapant les mots clefs qui me viennent du fond de mon imposant questionnement : « qui veux-tu être? » C’est fou! Meme mon clavier essai de « corriger » veux-tu en peux-tu.
Je suis en pleine remise en question et je voix pas si loin de moi le chemin qui mène de l’Avoir à l’Etre.
C’est formidable ce sentiment de POUVOIR être celle que je veux, celle que je rêve d’être, celle que je PEUX me permettre d’être.
Merci d’exister! Soyons Elégantes.
<3

Danatella
Danatella
2 années il y a

Merci pour ta réponse encourageante et pas moralisatrice dans un sens ou dans l’autre 🙂 !

Danatella
Danatella
2 années il y a

Hello, ce que je voulais etre comme type de femme alors déjà pas une mère de famille ni une esclave ni une vieille fille laissée pour compte ni une victime des hommes. Et plutot une femme artiste vivant tranquille dans un appart citadin agréable avec beaucoup de place pour créer et leffervescence de la ville comme stress à transformer (pour moi ça fonctionne). Peu importe la vie professionnelle du moment que ça me permettait d’obtenir ça. Et je voulais trouver l’homme de ma vie et qu’on s’inspire l’un l’autre (comme quoi on peut etre indépendante et romanesque). Ensuite les choses ne vont pas toujours comme on veut quelques accidents de vie et des problemes de santé psychique se sont chargés de faire dérailler ce beau programme, j’ai connu l’interruption des études les problèmes relationnels j’ai échoue dans un village parce que j’y avais un travail, mais pas de quoi me payer le permis pour aller tenter ma chance ailleurs, puis la dépression le chomage re depression rsa etc depression derechef, bref, evidemment ma vie sentimentale s’est mal trouvée de ce parcours les femmes vulnérables sont un peu comme les pauvres, c’est compromis de faire sa difficile, il valait mieux pour ma sauvegarde que je n’intéresse pas grand monde d’ailleus, qui voudrait d’une marginale névrosée et financièrement dépendante à part pour en profiter est on tenté de croire, finalement le miracle a eu lieu j’ai rencontré quelqu’un de bien, il est aussi pauvre que moi, je n’ai finalement jamais eu mon appart citadin ni démarré de carrière artistique et j’attends un peu plus ou moins la mort, là, je suis à court d’idées. Mais j’ai tenu en partie parole je ne suis pas devenue le genre de femme que je ne voulais pas etre, quelque part je prefere etre une originale (j’ai eu beaucoup d’ides en avances, ce qui se fait en matiere de design graphisme et mode entre autres sans oublier l’illustration ressemble beaucoup à mes idées d’ado j’ai gardé mes cartons) artiste indépendante ratée qu’une future mamie confiture. Dommage qu’il aie fallu de largent pour obetenir cet habitat telement nécessaire à mon départ dans la vie car faire du fric n’a jamais été dans mes objectif je faisais béatement confiance à la vie comme quoi on peut se retrouver dans un monde négatif par exces d’optimisme. Quelque part je n’ai toujours pas renoncé au départ dont les problèmes psy et la pauvreté qui en a découlé m’ont privée meme si je n’ai pas la moindre idee de la possibilité de l’obtenir. quelque part ce refus de renoncer maintient un certain niveau d’energie et je n’ai aucun souci de santé physique hormis une mauvaise vue et des dents de pauvre (donc des dents en moins). Je pense quà l’origine je ne voulas pas devenir comme mes parents qui se sont extraits de leur condition par les études (à leur époque fin années 70 c’était faisable) pour finalement se plaindre sans cesse de leur travail, quand je leur en parle ils me soutiennent que pas du tout ça leur plaisait mais je me souviens bien moi, qu’ils me degoutaient d’avance de devenir adulte, peut etre est ce le résume de toute l’affaire je ne voulais pas devenir une femme adulte telle qu’il en existait à l’époque mais j’ignorais qu’il fallait en passer par là pour devenir le genre le femme que je voulais etre que que tant de nanas de 30 ans sont (boulot/super appart/activite creative et artistique/modele photo/photographe/peintre/voyageuse/etc etc ) meme si les trentenaires se plaignent sans cesse de leur vie 😉 En tout cas à ce titre c’est réussi, je ne suis pas une adulte que je trouverais chiante :p
Sinon accessoirement j’vais envisagé de devenir astronaute mais je suis nulle en math trop imaginative, pas disciplinée pour un cent, peu douée pour la technique et je ne tiens pas plus d’une heure en équipe puis ça ne vaut pas un bon space op’;)

aurélie
aurélie
2 années il y a

Bonjour Loren,
Cette question voilà 2 ans que je me la suis posée…J’ai 30 ans. Il m’a fallu un grand nombre d’années e(et ce n’est pas fini) pour accepter la VRAIE femme qui sommeille en moi. Je’ veux ETRE mais je SUIS également (au fond de moi quand j’ai confiance et plus peur, que je m’assume), une femme épanouie, passionnée, souriante, spontanée, douce, pleine d’amour, entreprenante, féminine, féministe (faut l’avouer 😉 )… J’aime l’élégance, la pureté que reflètent chaque femme.
Merci pour tout ceci. <3

Elise
Elise
4 années il y a

Eh Loren,
Voila que je regarde ton blog et que je tombe sur cet article! Je revis les discussions passionnées et tes superbes réflexions sur le passage de l’avoir à l’être. Depuis, j’y pense très souvent. C’est une belle philosophie et je n’en reviens pas du courage que tu as eu à suivre ton chemin de coeur. Bravissimo!

Béatrice
Béatrice
4 années il y a

Bonjour Loren
Etre c’est s’engager dans la quête de soi,cela passe par le lâcher prise et puis on s’engage sur un chemin initiatique il s’agit de se connaître afin d’être en paix avec soi même et par là même d’être disponible aux autres et de comprendre l’humain(ité). Etre nous lie aux autres mais sur un autre plan non plus sur celui de l’avoir qui sous-tend la possession, l’envie la jalousie la compétition bref tout ce cortège de sentiments qui nous minent et nous épuisent nous éloignent de nous même mais sur celui de l’ouverture puisqu’en s’aimant en acceptant ses forces et ses faiblesses on se montre plus indulgent envers l’autre on fait preuve de plus de compassion, d’empathie.
Etre est un chemin de liberté, de rayonnement qui attire, intrigue et amène à soi les personnes qui sont dans la même recherche…s’offre alors l’opportunité d’échanges, de partage, de joie, de découvertes enrichissantes ….Voilà ce que m’apporte le choix d’Etre qui développe la créativité, élargit son champ de conscience. C’est une porte qui s’ouvre sur l’inconnu riche d’expériences stimulantes aussi bien dans la joie que dans la peine. Affronter les difficultés et s’en enrichir, en sortir plus fort face aux aléas de la vie.
Etre c’est se confronter aux choses essentielles, vitales pour son Bien-Etre.
Je te souhaite de vivre plein de bonnes choses qui répondrons à tes attentes et souhaits afin de te mettre sur la Voie de ta quête. Biz à +

Loren

Publié par Loren

Secret de rides : comment obtenir un lifting naturel !

Comment être une femme sexy ET élégante à la fois ?