in

Comment transformer la souffrance en catapulteur de bonheur

Cet article est un peu long mais il me tenait à coeur… La vidéo est la version synthétique 😉

  • Je rêvais de découvrir le monde en voyageant => bientôt 30 pays : check !
  • Je rêvais de tout plaquer et de dire «  au revoir Président » (même sans avoir gagné au loto) => check !
  • Je rêvais de travailler dans une activité qui me passionne et me fasse sourire au quotidien => check !
  • Je rêvais de travailler dans la mode : check !
  • Je rêvais d’accepter mon image, d’apprendre à m’aimer imparfaite et de rayonner de bien être => check… en progression continue !
  • Je rêvais de créer un blog… pour partager cette passion, aider les femmes à activer leur puissance féminine et à découvrir leur plus belle version = > check !
  • Je rêvais de ne pas avoir honte de ma reconversion, d’assumer qui je suis, d’affronter le regard des autres => check !
  • Je rêvais de trouver l’homme de ma vie => check !
  • Mon prochain REVE DE FOLIE est en cours de préparation et arrive bientôt sur le blog !! (j’ai pris un peu de retard mais d’ici 1 mois une grande nouveauté devrait arriver ! )

Je ne vous raconte pas tout ça, juste histoire de raconter ma vie…

TOUT CE QUE JE VIENS DE VOUS DIRE ME PARAISSAIT IMPOSSIBLE, DU DELIRE COMPLET, DE LA PURE FOLIE…

La seule chose qui relevait du POSSIBLE à mes yeux, qui me semblait absolument réaliste et tellement évidente… c’était, être enceinte, avoir des enfants et fonder une famille.

Et pourtant aujourd’hui, c’est devenu la seule porte fermée, celle que je ne pourrai a priori jamais ouvrir. J’ai appris à ne pas défoncer les portes dont je n’ai pas la clé. J’accepte, c’est ainsi. Et bizarrement c’est face à cet obstacle, au moment où j’ai été confrontée à cette souffrance intérieure, que je me suis découvert en tant que femme et que j’ai pu renaître… C’est face à cette douleur que ma façon de penser a changé. Et au final, c’est depuis cet électro-choc que tous mes « rêves impossibles » se sont transformés en réalité.

Tout cela pour vous dire que l’impossible est souvent atteignable alors que l’évidence même peut parfois nous échapper alors qu’on ne l’aurait jamais imaginé…

Je pense aux femmes qui ne peuvent pas avoir d’enfant mais aussi aux femmes qui ont vu s’en aller un être cher…

Je crois que cette situation n’est pas faite pour nous détruire mais pour nous apprendre à nous reconstruire avec encore plus de forces et d’envergure.

En résumé, j’ai envie de vous dire ceci :

=> SI LA VIE NE PEUT PAS TOUT VOUS OFFRIR, VOUS SEULE POUVEZ VOUS OFFRIR LA JOIE DE VIVRE

Alors voici mes 5 clés pour transformer votre souffrance en catapulteur de bonheur.

1- Ne pas rechercher un « pourquoi ? »

Quand une situation nous fait souffrir, un mot revient systématiquement : Pourquoi ? Pourquoi moi, pourquoi nous ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi mon mari ? Pourquoi mon enfant ?

Quand un malheur nous tombe dessus, c’est notre principale question intérieure car nous voudrions trouver une explication rationnelle face à la souffrance et l’incompréhension. Mais comme il n’y a aucune réponse rationnelle, nous allons chercher dans l’irrationnel avec une posture d’auto-flagellation :

  • « qu’est ce que j’ai fait pour mériter ça »
  • « je suis maudite, j’ai pas de chance »
  • « le sort s’acharne contre moi »
  • « je suis destinée à une vie de merde… »

Ce genre de pensées va s’ancrer dans le mental et devenir de véritables croyances. Or celles ci ne feront que vous enfoncer dans un terreau de négativité qui transformera toutes ces croyances en  réalité.

Evitez donc les POURQUOI afin de limiter le développement de ces pensées irrationnelles.

Il n’y a pas de plan divin qui consiste à vous torturer ou à vous détruire. Cette douleur n’est pas une punition, l’univers n’a pas agit contre vous. Autrement dit, vous n’êtes jamais victime de votre destin.

La situation doit faire partie de votre expérience de vie et votre seule responsabilité est d’apprendre à la gérer du mieux que vous pouvez

2- Cheminer vers l’acceptation

Au moment de l’évènement déclencheur, il est humain de ne ressentir que souffrance, tristesse, colère et incompréhension. Il est indispensable d’accueillir cette douleur et de l’exprimer. Il va falloir la vivre, l’extérioriser et l’évacuer un maximum. Dans un second temps, il est nécessaire de cheminer vers l’acceptation de la situation. Car personne ne vit bien à coeur ouvert ni avec une grosse plaie non cicatrisée…

La douleur est toujours une forme de non acceptation, de résistance inconsciente à ce qui est. Plus nous sommes dans la résistance et plus non souffrons. Le refus de ce qui nous arrive s’exprime souvent par des phrases comme « c’est pas possible » ou « je ne peux pas le croire » « c’est un cauchemar ».

Il est vital d’apprendre à accepter ce qui. Cela ne veut pas dire oublier, occulter, faire semblant. C’est faire la paix avec votre expérience de vie… accepter de vivre avec les cicatrices. C’est le seule façon de retrouver de la sérénité.

3- Ne pas confondre le passé et le futur

La qualité de votre futur ne dépend pas de la qualité de votre passé. Ce n’est pas parce que vous avez un passé douloureux que votre avenir sera forcément aussi difficile !

Le passé ne créé pas le futur, c’est à vous d’AGIR AU PRESENT pour vous créer un avenir radieux.

4- Décidez de ce que vous voulez faire de cette souffrance

Dans le baluchon de la vie tout le monde a ses cailloux plus ou moins nombreux, plus ou moins gros.

La souffrance ça a un poids. Si on essaie de porter un sac trop lourd qu’est ce qui se passe ? ça immobilise, on a du mal à avancer…

Il y a 3 types de comportements possibles face à la souffrance :

1- soit vous continuez de porter le baluchon pesant et vous ramenez constamment les cailloux sur la table pour justifier vos difficultés à avancer. C’est la solution de victimisation : elle intensifie votre souffrance et vous affaiblit. Vous vivez pour survivre.

2- vous préférez vous débarrasser du poids et atténuer vos souffrances alors vous déposez les cailloux dans un coin et vous les enterrez. Mais le déni des blessures ne les rend pas inactives. Avec le temps, elles peuvent remonter à la surface et venir vous frapper avec force. Et quand bien même elles resteraient bien enfouies, vous gagnez en tranquillité émotionnelle mais vous abandonnez une partie de vous, un morceau (certes très abîmé) de votre trésor intérieur. C’est la solution de l’apaisement à court terme : elle atténue la souffrance pour tenter de poursuivre une vie « normale ». Vous vivez pour exister.

3- vous choisissez de vous servir de vos cailloux pour vous élever vers d’autres horizons. Vous les disposez sous forme de pyramide en constituant des marches qui vous permettront de voir, plus haut et plus loin, toutes les possibilités d’évolution de votre expérience de vie. C’est la solution la plus bénéfique. Même si la douleur est toujours présente, elle devient moteur et vous permet d’envisager une vie avec un plus large horizon. Vous vivez pour grandir.

5- Utilisez la force de propulsion de la souffrance pour décupler vos capacités

Lorsqu’on souffre, il y a une puissance intérieure qui équivaut à une tornade violente… une espèce de force centrifuge. Elle est si forte qu’elle peut totalement vous détruire. Mais si vous la prenez dans le bon sens, elle peut aussi vous propulser très haut dans les nuages. Imaginez si vous arriviez à utiliser toute cette énergie à votre profit, pour découvrir le 7ème ciel !

Servez vous de votre souffrance comme une force constructive qui vous propulse vers le dépassement de vous même et non comme une force destructrice. Vous verrez que avez tout à y gagner et encore plus que vous ne pouvez l’imaginer ! Pourquoi ?

Parce que la puissance de la souffrance, dans sa polarité constructive, décuple vos capacités : vous devenez plus aventureuse, plus courageuse, vous avez moins peur, vous prenez plus de risques, vous avez une détermination à toute épreuve, une rage de vaincre qui vous amène à réaliser des choses incroyables !

♣ Et vous quelles sont vos astuces pour apaiser et transformer positivement votre souffrance ?

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Lauréline
Lauréline
3 années il y a

Je viens de découvrir ton blogue et j’en suis complètement fan !!
Tu écris vraiment des articles très justes, tu emplois les mots justes, tu dis des choses justes,…
Grâce à cet article, tu m’a aider à comprends beaucoup de choses. Avant, je n’arrivais pas bien à avoir comment les souffrances pouvaient nous propulser. mais maintenant j’ai compris et je compte bien mettre en pratique tes conseils.
Merci beaucoup pour tout ce que tu fais. Continue comme ca !!!!!!

Amy
Amy
3 années il y a

Un billet qui me touche énormément et me rassure pour la suite. Merci Loren.

Marivé
Marivé
4 années il y a

Quel magnifique billet! Merci Loren!
Très intéressant et profond, qui remue quelque chose en chacun de nous je suppose, qui n’ a jamais eu à affronter un évènement douloureux qui affecte si vie entière?
Je n’aurais jamais pensé à voir la souffrance comme « force propulsive ». Comme « mesure positive » (puisque le pire est déjà arrivé, le reste ne peut pas être pire) certes, mais voilà un bien meilleur angle de réflexion et d’attaque.
Je te remercie pour ce billet qui résonne d’autant plus en moi que le mois d’octobre est toujours un mois difficile à passer.

Loren

Publié par Loren

Mes looks été : récap du défi (août)

Comment le pouvoir des vêtements peut vous aider… ou pas !