in ,

Les Français(es) sont-ils vraiment devenus propres ?

Lorsque je voyage, j’entends très souvent le même cliché revenir sur les Français… Ils sont sales, ils ne se lavent pas.

J’ai toujours cru que c’était un mythe, une image drôle véhiculée et restée symbolique depuis Louis XIV (qui était pour le coup vraiment très sale) mais qui n’avait plus rien à voir avec la réalité d’aujourd’hui. Du coup, je trouvais toujours intriguant de voir à quel point les anecdotes puantes du roi soleil étaient restées ancrées dans la tête des gens dans le monde entier…

Je viens de découvrir une enquête sur l’hygiène menée par l’IFOP et je constate avec effroi que la mauvaise hygiène des Français ne remonte pas si loin dans le temps et que celle-ci laisse encore à désirer pour certaines parties de la population…

Je peux vous dire que je n’ose désormais pas imaginer l’état du slip de beaucoup d’hommes français notamment après un certain âge …

Que disent les chiffres ?

En 1951, le magazine Elle dirigé alors par Françoise Giroud publiait une enquête qui fit scandale en mettant en évidence les conditions déplorables d’hygiène corporelle des Français(e)s qui souffraient encore, en cette période de reconstruction, d’un manque criant d’accès au confort sanitaire de base (ex : eau chaude, salle de bain ou douche).

Soixante-dix ans après cette enquête qui confirmait les clichés sur le manque de propreté du Français – illustré alors à Hollywood par le personnage malodorant de « pépé le putois » oscarisé en 1949, l’Ifop publie une nouvelle étude qui permet de faire le point sur la propreté des Français dans un contexte de Coronavirus où le respect des bonnes pratiques en la matière est plus que jamais d’actualité…

 Cette nouvelle enquête montre que, si globalement l’hygiène des Français a radicalement changé depuis les années 1950, une part de la population reste encore éloignée des standards de propreté et des bons usages face aux infections virales saisonnières.

Une toilette complète pas toujours quotidienne

En 2020, seuls trois Français sur quatre (76%) procèdent à une toilette complète tous les jours, les femmes se montrant sur ce point plus exigeantes que les hommes : 81% des Françaises se lavent entièrement tous les jours, contre seulement 71% des hommes.

L’absence de toilette quotidienne reste donc aujourd’hui un phénomène masculin, affectant avant tout les seniors dont les normes en matière d’hygiène ont été inculquées à cette époque : 57% seulement des hommes de 65 ans et plus se lavent entièrement tous les jours. Les autres catégories de la population où la pratique est faible sont généralement des personnes isolées géographiquement (59% des ruraux), professionnellement (60% des chômeurs) ou socialement (60% des femmes ne recevant jamais personne à leur domicile), signe que l’hygiène repose beaucoup sur la prise en considération de sa sociabilité et du regard d’autrui dans la gestion de son apparence corporelle.

Autrement dit : Plus sa vie sociale est limitée et plus le français se néglige corporellement… Cependant, je ne suis pas certaine que ce phénomène soit juste propre à notre pays.

Mieux vaut faire la bise que serrer la main des Français ?

A peine deux hommes sur trois (68%) se lavent les mains systématiquement après être allés aux toilettes (contre 75% des femmes) et moins d’un tiers d’entre eux le font après avoir pris les transports en commun (31%, contre 42% des femmes).

Le point de vue de François Kraus, directeur du pôle Genre, Sexualité et Santé Sexuelle à l’Ifop :

Le cliché n’est pas déconnecté de toute réalité… Des « poches de saleté » persistent dans certaines catégories de la population comme les hommes, les personnes âgées et isolées, ce qui explique sans doute pourquoi l’hexagone reste en retard au regard des standards de propreté : la France étant classée au 50ème rang sur 63 pays en matière d’hygiène des mains d’après une enquête internationale publiée en 2015 (Win Gallup International).

Le tue l’amour caché des Français : les sous vêtements ?

L’importance du sexe et de l’âge dans les comportements d’hygiène corporelle se retrouve en matière vestimentaire, notamment lorsqu’il s’agit de vêtement très intimes comme les sous-vêtements. En effet, si la quasi-totalité des femmes (94%) changent de culotte « tous les jours », c’est loin d’être le cas chez les hommes : à peine trois Français sur quatre (73%) changent de slip/caleçon « tous les jours ». Là aussi, les « mauvais élèves » sont surreprésentés dans les rangs des séniors – seulement 50% des homme âgés de plus de 65 ans changent de slip/caleçon « tous les jours » – et, plus largement, chez les hommes dépourvus de machine à laver (56%). Ainsi, malgré des progrès considérables en matière sanitaire, une partie non négligeable des seniors continue à avoir des pratiques hygiéniques proches de celles qu’ils ont connus dans leur enfance.

Comparée à leurs ainées, l’hygiène vestimentaire des Françaises a sur ce plan radicalement changé dans la mesure où la proportion de Françaises changeant de culotte quotidiennement est passée de 17% en 1951 à 82% en 1986 pour s’élever désormais à 94%.


♣ Quelle est votre réaction/sentiment au vu des résultats de cette enquête ?

Étude Ifop pour Diogène-France.fr réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 31 janvier au 3 février 2020 auprès d’un échantillon de 2 005 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine. 

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Loren

Publié par Loren

Comment s’habiller éthique sans sacrifier son style ?

Le minimalisme ou le futur de la mode ?