in

Les femmes et la dépendance affective : libérez vous !

C’est la journée de la femme alors c’est la bonne occasion pour parler de notre liberté !

Depuis des siècles, des années, nous nous battons pour nos droits et notre liberté de penser, d’agir, de s’exprimer, notre liberté sexuelle etc…

Pourtant je vois un nombre impressionnant de femmes qui s’emprisonnent elles mêmes. Comme si elles étaient pieds et poings liés, ligotés par elles mêmes et bloqués dans une cage… La cage de la dépendance affective !

C’est une caractéristique de la psychologie féminine. Elle est donc en nous toutes, à un degré plus ou moins fort. Tandis que nous sommes dans la dépendance, les hommes eux, sont plutôt dans le détachement. Nous fonctionnons aux antipodes (bon, ça on le savait déjà !!).

Si la dépendance affective est naturelle chez les femmes, elle peut prendre une ampleur telle qu’elle vous freine et vous empêche de vivre à 100%.

La dépendance affective c’est quoi ?

  • c’est le fait de ne s’accorder de la valeur qu’à travers le regard des autres
  • c’est un schéma de fonctionnement basé sur le « on m’aime donc je suis »
  • c’est le besoin d’approbation, de reconnaissance, de rassurance, d’être aimée pour se sentir exister
  • c’est le fait d’avoir peur du regard des autres, d’être jugée et d’être critiquée – et de préférer ne rien faire, ne rien dire, s’effacer pour ne pas être rejetée

Ainsi beaucoup de femmes n’osent pas dire NON, n’osent pas s’imposer et se montrer telle qu’elles sont. C’est ainsi que certaines en viennent à ne plus savoir réagir face à l’humiliation, les abus, la violence…

En tant que femme, nous avons également tout naturellement le sens du sacrifice… On donnerait tout pour les être aimés : on donnerait notre vie pour l’être aimé, notre amant, notre époux, nos enfants, notre famille etc…

Et si on commençait à retourner cet altruisme, ce dévouement et cette force mentale envers nous même !? Cela donnerait quelque chose comme ça : « je ferai tout pour moi, je donnerai ma vie pour réaliser mes rêves et être heureuse – je donnerai le meilleur de moi même pour mener la vie que je veux, une vie bénéfique pour moi !! »

Cela vous semble égoiste ? Pourtant ça ne l’est pas : vous n’avez qu’une seule vie et elle vous appartient ! Elle n’appartient ni à votre conjoint, ni à votre boss, ni à vos enfants, ni à vos parents…

Vous êtes seule à pouvoir faire quelque chose de ce cadeau qu’est la vie.

Comment voulez vous évoluer librement, construire une vie heureuse si vous pensez que votre valeur dépend de quelque chose, de quelqu’un ou de ce que pensent les uns, les autres ?

Alors je vous pose cette question : aujourd’hui, avez vous besoin de quelqu’un ou de quelque chose d’extérieur pour être vraiment heureuse, pour sentir que vous avez de la valeur ?

Si la réponse est oui, c’est que vous n’avez pas appris suffisamment à vous aimer.

Je vous invite à prendre le chemin de l’amour de soi, de vous libérer de ces dépendances affectives qui vous emprisonnent. Vous devez être consciente et convaincue de votre valeur sans avoir besoin de preuves extérieures !

Je dédie cette vidéo et cet article à ma grand mère que j’aime tant. Elle va fêter ses 101 ans dans quelques jours et je pense fort à elle. Elle termine sa vie dans la solitude la plus totale, face à elle même du matin au soir, sans pouvoir bouger et personne à qui parler. Elle a choisi de ne plus parler d’ailleurs… Elle est devenue prisonnière de la vie (de son corps) et elle attend que la mort vienne la libérer. C’est peut être la seule chose qu’elle arrive à exprimer.

On nait seule et on meurt seule (d’autant que l’espérance de vie des femmes reste supérieure à celle des hommes…). Autant apprendre le plus tôt possible à être notre meilleur compagnie… BE YOUR OWN LOVER (c’est plus parlant en anglais que « sois ta propre amoureuse… » LOL)

La vie nous piègera toutes un jour mais tant qu’elle nous laisse le champ libre : libérez vous de toutes ces dépendances affectives qui vous enchainent, envolez vous vers tous les possibles, au plus haut que vous puissiez vous élever !

♣ Laissez moi vos commentaires, ça me ferait très plaisir de savoir comment vous vivez la dépendance affective de votre côté et comment vous arrivez à vous en libérer 
 

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
10 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Francoise
Francoise
6 mois il y a

Bonjour Loren
Merci pour ton intervention c’est toujours avec beaucoup d’interet que je lis tes articles .
Tu es une belle personne quand on découvre tes conse ils . Je ne sais pas si cela t’es possible mais j’ai un conseil à te demander concernant des tenues vestimentaires.
Est il possible de m’indiquer à quelle adresse je peux te joindre pour solliciter ton aide
Merci
Françoise

Alexandre
3 années il y a

C’est dommage de rattacher la dépendance affective exclusivement à la femme de cette façon.
Il existe des hommes qui le sont tout autant (j’en fais parti) et qui en ont aussi souffert (j’en fais tout autant parti). Et je suis tout sauf le seul dans mon entourage.
Les conseils sont louables mais, la façon de traiter le sujet est un peu maladroit. Car, oui ils existent des hommes qui fonctionnent de façon dépendant comme il existe des femmes qui sont détachés. C’est plus rare mais, ça existe. L’article reste intéressant mais, il aurait eu beaucoup à y gagner s’il n’était pas traité totalement de façon binaire.

Catia
Catia
3 années il y a

Etre soi-meme a un prix, neanmoins pour rien au monde, je ne changerai quoi que se soit afin de plaire a qqn.

Sophie
Sophie
3 années il y a

Merci pour ce rappel, c’est un travail de longue haleine pour ne pas s’oublier soi même. Il faut d’abord s’aimer pour être heureuse. Mais ce n’est pas facile tous les jours.

Anonymous
Anonymous
3 années il y a

C’est vrai que de temps en temps j’envoie tout valser car la sensation de devoir être la fille, la femme, l’amie, l’employée parfaite est trop lourde à porter.
Mais s’en libérer fait peur aussi : c’est se retrouver face à soi, toute seule

Loren

Publié par Loren

Bien s'habiller en hiver : 6 astuces inspirées des podiums

Paris Fashion Week Automne Hiver 17-18 : tendances clés et moments forts