in

Le préservatif au féminin… Kézako ?

Aujourd’hui, le 16 septembre…c’est la Journée du Préservatif … au Féminin ! Je ne savais même pas que ça existait donc je me suis dis que d’un point de vue informatif, c’était intéressant de partager tout ce que je viens d’apprendre à son sujet.

Un « sac poubelle », une « tente Quechua » : c’est sûr, on a vu plus sexy que le préservatif féminin. Voilà les retours que connait régulièrement le préservatif féminin face à son homologue masculin. On a beau dire, le préservatif féminin ne fait pas vraiment rêver.

Et pourtant, c’est la seule méthode contrôlée par les femmes permettant à la fois de se protéger contre les grossesses non désirées et contre le VIH. A l’occasion de la Journée Mondiale du préservatif féminin, le Laboratoire Terpan revient sur cet objet de controverse avec le sociologue Janine Mossuz-Lavau, auteure de la vie sexuelle en France, paru en septembre 2018 aux Editions de la Martinière.

Pourquoi est-il si mal aimé ?

Le préservatif féminin est super moche, paraît volumineux et peu confortable. MAIS : il n’est pas plus moche ou inconfortable que le préservatif masculin, en fait. Et on peut le poser à l’avance (jusqu’à 8 heures avant un rapport). Et le côté « sac poubelle » du préservatif féminin n’est pas plus gênant que l’impression de « cellophane » du préservatif masculin.

Mais alors pourquoi est-il si mal aimé ? Selon le Laboratoire Terpan, il souffrirait de représentations très négatives liées au fait que la protection est plutôt une affaire d’hommes.

« Aujourd’hui, 420 préservatifs masculins sont fabriqués pour un féminin, et nous sommes le seul grand distributeur du leader mondial du préservatif féminin sur le marché aujourd’hui », explique le laboratoire Terpan.

Ce que confirme un sondage effectué par le laboratoire Terpan en 2017 auprès de plus de 500 sondées : l’homme a toujours les « cartes » « préservatifs » en main. Il est à l’initiative de la sortie du préservatif à plus de 60% !

Personnellement je suis très étonnée par ces résultats d’enquête : dans mon expérience personnelle, je n’ai pas trouvé que les hommes étaient toujours prévoyants de ce côté là, bien au contraire… En revanche, c’est vrai qu’en tant que femmes, on attend qu’ils soient équipés car on a déjà le souci de la question « pilule ou stérilet ou… » (question qu’ils n’ont pas) donc inconsciemment, on se dit qu’ils peuvent au moins s’occuper de ça ! Y en a marre de devoir tout gérer tout le temps ! Non mais…

La poursuite de l’étude montre un autre constat (pour lequel je suis cette fois assez d’accord) : les freins seraient surtout culturels. « Les femmes ont peut-être peur de cet objet, qui les renvoie à un rapport compliqué à leur propre corps, qu’elles connaissent parfois mal. Et la crainte du regard du partenaire n’arrange rien. Ces freins se retrouvent partout dans le monde. C’est aussi la conséquence d’une non-reconnaissance de la sexualité des femmes et des jeunes filles. Il existe aussi une réticence à leur voir prendre des initiatives », indique le sociologue Janine Mossuz-Lavau.

Bien que l’on soit en 2019, il règne toujours un tabou autour du corps des femmes, et l’intimité féminine n’est que trop rarement mise en valeur. Dans l’Art ? Alors que les statues ou les peintures d’hommes nus remplissent les musées, le sexe des femmes est habituellement caché. D’un point de vue éducatif ? Même l’école lui fait la tête au point que certains manuels scolaires ne le mentionnent pas. Les réseaux sociaux ? Facebook et Instagram censurent tétons et « boutons de plaisir ». Dans les médias ? Il faut attendre 1998 pour voir apparaître le premier sondage sur le clitoris.

« Manuels scolaires, cours d’éducation sexuelle… L’anatomie féminine ne jouit pas d’un flot d’informations grand public. La représentation que l’on se fait du sexe féminin passe souvent par les pornos. Il a fallu une campagne récente des associations féministes pour que l’on se mette à parler du clitoris au même titre que d’autres organes sexuels », poursuit le sociologue Janine Mossuz-Lavau.

Petite parenthèse : pour moi c’est un vrai fléau que de laisser au porno le monopole de la représentation du sexe féminin. C’est pour cela que je parle parfois de sexualité, afin de briser des tabous, même si cela déplait à certaines ! D’ailleurs si tu veux rire un peu, j’essaie des trucs sexy à chaud en direct ici et pour plus de sérieux, je dénonce le fait que le porno soit la seule école du sexe ici…

Ce que confirme le sondage Terpan : 4 femmes sur 5 savent situer leur clitoris. 53% d’entre elles déclarent l’avoir découvert de manière neutre, anatomique. Et surtout, 43% l’ont découvert comme objet de plaisir. Oui mais… 35% déclarent ne l’avoir jamais vu ! Et un autre tiers seulement une fois ou deux. Les raisons ? « Ce n’est pas beau », « Je n’ai pas ressenti le besoin de l’observer », ou encore… pire ! « Je n’ai pas osé (tabou) ».
Alors que le corps masculin et son anatomie bénéficient d’une exposition assumée à travers le temps, le corps féminin et son intimité restent cachés. Constat : au XXIe siècle, des femmes sont encore mal à l’aise avec l’aspect de leur sexe et donc de leur contraception.
Bien moins connu que son homologue masculin, le préservatif féminin est efficace à 99,2%.

Le préservatif féminin protège le col, le vagin, les organes génitaux externes et le pénis des IST. Délivré sans prescription médicale, il peut être associé à la prise d’un contraceptif hormonal et au port d’un dispositif intra-utérin. Contrairement au préservatif masculin, le modèle féminin peut :

– S’appliquer 8 heures avant un éventuel rapport sexuel. Et s’avère tout aussi efficace s’il est mis dans les minutes précédant le passage aux choses sérieuses. Idéal pour ne pas interrompre les préliminaires et proposer une alternative aux hommes sujets aux troubles de l’érection au moment d’ouvrir le petit carré de plastique ;

– Être utilisé avec tous les types de lubrifiants , à base d’eau, de silicone, ou d’huile ;

– Maintenir un bon niveau de sensation. Aussi résistant que doux, il conserve une part des sensations et la chaleur interne. Autre avantage, en fonction de l’anatomie de chacune, l’anneau peut entrer en contact avec le clitoris et donc stimuler cette zone érogène.

Un petit dessin pour bien comprendre ? Clique ici pour mieux visualiser la technique d’insertion du préservatif féminin.
♣ Et toi, as-tu déjà entendu parler de ce préservatif féminin ?  

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Sam
Sam
11 mois il y a

Hello Laurent
Article très intéressant, et oui , il existe en core des blocages des deux côtés quand à la prise en main des femmes en ce concerne la sexualité…merci pour le rappel..
Sam

Loren

Publié par Loren

Résultat de mon expérience No Poo

Les 5 grandes tendances beauté de l’hiver 2019