in

Interview : dans la valise de Karine Isambert, réalisatrice et comédienne

Avec l’arrivée de l’été, je démarre une petite web-série consacrée à la présentation de femmes inspirantes… des femmes qui suivent leur instinct, leurs passions malgré les chemins « hors des sentiers battus » qu’elles choisissent d’emprunter.

Le petit plus, en fin d’interview, c’est de découvrir les indispensables de la valise d’été de notre invitée.

Aujourd’hui, j’interview Karine Isambert, réalisatrice et comédienne. Elle coach aussi les personnes qui ont à assurer des représentations en public et des jeunes comédiens qui se lancent en One/woman show.

L : Avant d’être comédienne et réalisatrice, faisais tu autre chose ? Comment as tu démarré ?

K : Oui, j’ai commencé avec le mannequinat dans une agence qui s’appelle City tenue par Frédérique Alévy qui aimait bien les femmes qui avaient de la personnalité. On était encouragé très jeune à développer notre identité, à trouver notre style. L’agence représentait Helena Christensen, Carla Bruni, Elle Macpherson. Le challenge était très haut. Dans la mode, chez les photographes et directeurs d’agence, il y a beaucoup d’exigence et de perfectionnisme. C’est une école, ça apprend à avoir un regard je pense… à savoir ce qu’on aime, ce qu’on aime pas, comment se mettre en valeur et comment on a envie d’être perçu. Par exemple, dans le book on met les photos d’une certaine façon pour être perçue d’une certaine manière. La première et la dernière image sont primordiales.

L : est ce que tu es en ce moment sur un projet de réalisation ?

K : j’ai réalisé un premier court métrage qui s’appelle « La Victoire » sur la paix par rapport aux attentats du 13 novembre. J’ai eu un bon écho, ce qui m’a encouragé à faire le deuxième qui s’appelle « La réconciliation » qui est une femme qui se réconcilie avec elle même, les hommes mais surtout avec ses désirs à elle.

L : Qu’est ce qui te fait vibrer dans la vie en dehors de cette passion pour la comédie et réalisation ?

K : Les rencontres, l’amour et la musique. Cela donne du rythme (hyper important dans les courts métrages) et ça parle directement.

L : Quelle est la chose la plus folle que tu aies faite dans ta vie ?

K : Je crois que la chose la plus folle a été de monter une pièce de théâtre en 3 semaines. J’avais un auteur interprète que je mettais en scène pour un one man show et son équipe l’a laissé tombé. Il s’est retrouvé sans équipe, sans actrice, sans metteur en scène et il avait loué le théâtre… Il m’a demandé : peux tu reprendre le premier rôle, la mise en scène, la régie… tout quoi ! J’ai eu de grosses frayeurs mais on s’est beaucoup amusé et on est allé jusqu’au bout !

Les indispensables de la valise d’été de Karine :

  • éponge démaquillante à humidifier Docteur Hauschka
  • baume à lèvres à la mangue de chez l’Occitane
  • auto-bronzant
  • maillot de bain noir Calzedonia
  • petite robe passe partout

 
 
 

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Loren

Publié par Loren

BB crème, CC, DD… L'alphabet des moutons

ITW : dans la valise de Emilie Gassin, chanteuse et compositrice