in

Comment vider son dressing et pourquoi…

 

Je voulais revenir sur l’épisode de ma transition « avant grand départ »… Comme j’en ai beaucoup parlé sur les réseaux sociaux et ici même, rien que la préparation – avant le voyage – est déjà une sacrée aventure à vivre !

Je m’explique… Je n’ai pas encore décollé pour ma destination ensoleillée que j’ai déjà l’impression d’avoir énormément appris ! La décision de partir vivre 8 mois à l’étranger s’est poursuivie par un électro-choc lorsqu’il a fallu que je me remonte les manches pour réduire l’ensemble de mes affaires à la taille d’une Twingo !

Certaines pourraient me dire : « mais pourquoi tu n’as pas loué une fourgonnette et un garde meuble pendant ton absence ? »

Et bien je pense que si on se laisse le choix de continuer à stocker un maximum d’affaires, on apprend rien sur soi même et on avance pas dans le grand nouveau virage dont on a besoin… A quoi bon trouver des solutions pour continuer à stocker autant de choses sans se poser aucune question ?

Se contraindre à limiter les affaires personnelles au strict essentiel est d’un apprentissage sans égal ! Je n’aurais jamais pensé que cela puisse autant m’apporter.

Cela oblige à ce poser les bonnes questions sur soi et sa façon de vivre :

  • ai-je vraiment besoin de ça ? à quoi cela me sert-il ?
  • est-ce que cela m’a été utile ces dernières années ? est ce que cela a été rentabilisé ou ou dois-je conclure à de l’argent gaspillé ? quelle leçon puis-je en tirer ? (qu’est ce que je n’achèterai plus ?…)
  • est ce que cela m’arrive encore d’ouvrir tous ces livres ? Pourquoi continuer à acheter des livres papier ? (ça pèse des tonnes dans un déménagement et le libraire m’a repris plus de 20kg pour 4,50€ !) Quelle alternative puis-je trouver ?
  • est ce qu’il est vraiment nécessaire de garder tous ces papiers ? pourquoi n’ai-je pas trié tout cela avant… ? Et pourquoi conserver tout ce maquillage qui traine depuis des années et en racheter encore pour faire monter la montagne de produits ? Alors que j’en utilise si peu au quotidien… Quels sont mes essentiels ? Est ce que je peux me passer du reste ? OUI !!

etc…. etc….

On se rend compte de la quantité de choses accumulées, non utilisées, les choses que l’on garde « au cas où », les gadgets dont on aurait pu se passer, les tas de vêtements que l’on apprécie pas tant que ça finalement… et ceux que l’on porte tout le temps et qui représentent seulement 20% de la penderie.

On se rend compte de l’ampleur de la sur-consommation dont on est victime… on réalise l’asphyxie créée par autant de choix, qui conduit à nous faire subir une armoire chaotique impossible à ranger (auto-massacre!). On ressent la libération et le soulagement quand tout est enfin trié et vidé… et on prend alors conscience de la pollution mentale qu’on supportait au quotidien.

Croyez moi, l’esprit est vraiment pollué lorsqu’il fait face, dès le réveil, à une penderie où on ne voit rien et qui rend la tâche du « comment s’habiller » encore plus complexe et pénible… Dès le matin, l’esprit est encombré par cette vision de débordement, de désorganisation, de trop plein, d’envahissement… Comment voulez-vous démarrer une journée avec l’esprit clair et vif dans de telles conditions !? D’où le syndrôme du « j’ai rien à me mettre » alors que le dressing est plein à craquer…

Voilà, c’est en synthèse, ce que j’ai ressenti durant ces deux derniers mois consacrés à vider un maximum de mes affaires pour me préparer à mon départ à l’étranger et surtout à une nouvelle vie, plus à même de m’apporter tout ce que je désire. Rêver, c’est bien, mais pour concrétiser les choses il faut commencer par un environnement épuré et clarifié !

Pour ce qui est des vêtements, je me suis inspirée de la méthode Marie Kondo : je me suis sincèrement posé la question, pour chaque pièce « est ce que je l’aime vraiment ? est ce que ce vêtement me fait du bien, me fait ressentir du plaisir ? ». S’il ne me fait ni chaud ni froid, ou s’il me fait sentir une gêne, je l’écarte. Il apportera du plaisir à une autre personne à qui il correspondra mieux !

J’ai donc choisi de me séparer de 86 pièces et de leur donner une seconde chance grâce au vide dressing en ligne Micolet.fr. L’équipe Micolet s’occupe de tout !! A réception, les produits sont expertisés et les tarifs déterminés, ils sont pris en photo, mis en ligne puis vendu et expédiés par leurs soins. Quelle tranquillité d’esprit !! La team a été géniale pour m’accompagner dans la gestion de ce grand lot de « bouts de vie » prêts à démarrer un nouveau cycle ailleurs… 3 grands cartons pleins qui n’ont pas été si simples à fermer et à voir partir… Mais c’était nécessaire pour plus de légèreté et plus de liberté. Surtout comme je le disais dans mes dernières vidéos sur comment prendre un nouveau départ : les vêtements nous accompagnent et portent en eux les énergies des moments passés – il est alors nécessaire de s’en séparer, à certaines périodes charnières, pour parvenir à tourner la page et donner naissance à une nouvelle version de soi…

Si vous voulez jeter un oeil aux potentielles bonnes affaires que vous pouvez trouver dans mon vide dressing, cliquez sur l’image ci-dessous (et quel bonheur si mes pièces trouvent une seconde vie chez mes lectrices, ça me fait chaud au coeur d’imaginer qu’elles puissent être portées par les belles âmes avec qui je suis connectée ).

0 0 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Tilly Martine
Tilly Martine
1 année il y a

Bonsoir ; j’aime beaucoup ce site mais il n’y a que les livraisons en points relais; et ils sont trop loin de chez moi donc je ne peux pas commander ce qui me désole .

POLESE
POLESE
2 années il y a

Bonjour,
Je voudrais savoir comment nous pouvons faire pour envoyer nos vêtements à Micolet ?
Merci d’avance

Brenda
Brenda
2 années il y a

Ah ! Voilà des conseils dont j’avais vraiment besoin. Actuellement, mon dressing est chargé et c’est un véritable parcours du combattant de trouver de la place pour mes nouveaux vêtements lorsque je fais du shopping.

Loren

Publié par Loren

Dans quel manteau investir en hiver ?

Comment porter le rose : 2ème tentative…